Approvisionnement

L'approvisionnement de la Suisse en gaz naturel est garanti grâce à un large portefeuille de fournisseurs géographiquement bien diversifiés, de partenaires fiables ainsi que des contrats d'achats conclus principalement à long terme.

Les trois quarts du gaz naturel utilisé en Suisse proviennent d'Europe occidentale (Pays-Bas, Allemagne et Norvège).

La part du gaz russe importée dans notre pays provient essentiellement de la société allemande UNIPER, laquelle garantit un approvisionnement sûr à ses clients grâce à ses importantes capacités de stockage. À aucun moment les tensions politiques ou économiques récurrentes relatées dans la presse entre la Russie et quelques-uns de ses voisins n'ont eu de conséquence directe sur la sécurité d'approvisionnement de la Suisse, qui n'importe pas directement de gaz russe. Depuis l'arrivée du gaz naturel en Suisse en 1974, l'approvisionnement a été assuré sans aucune interruption.

A l'échelle mondiale, les réserves en gaz naturel sont abondantes et suffiront à répondre à l'accroissement de la demande en énergie. Les réserves se concentrent sur un nombre restreint de pays et de gisements. La Russie, l'Iran et le Qatar détiennent ensemble environ 56% des réserves mondiales.

À la fin 2016, les réserves prouvées de gaz naturel avoisinaient 188’000 milliards de mètres cubes, ce qui équivaut à environ 58 années de consommation au rythme actuel (contre 40 années pour le pétrole).

Le développement rapide de l’exploitation du gaz dit non conventionnel sur le continent nord-américain au cours des dix dernières années a totalement modifié le marché gazier mondial. De nouvelles technologies de forage et de fracturation hydraulique des roches ont permis d’augmenter la productivité et de réduire les coûts de production. Couplé notamment à une demande de gaz décroissante suite à la crise économique, cet essor du gaz non conventionnel a conduit à une diminution substantielle du prix du gaz aux Etats-Unis, qui est devenu le premier producteur mondial de gaz naturel. Avec une production de 690 milliards de m3 en 2014, dont 627 milliards de m3 de gaz de schiste, les Etats-Unis dépassent désormais le Russie (sur une production mondiale de 3'480 milliards de m3, selon l'Agence International de l'Energie). L'AIE prévoit ainsi que les gaz non conventionnels représenteront 31 % de la production de gaz en 2040, contre 17 % aujourd'hui.

Cette montée en puissance du gaz non conventionnel en Amérique du Nord, conjuguée à la contraction conjoncturelle de la demande de gaz, va très probablement conduire à une bulle gazière (à savoir un excédent de gaz) au cours des prochaines années. Cela aura des effets importants sur la structure des marchés gaziers ainsi que sur la formation du prix du gaz en Europe notamment.

Dans un tel contexte, la question du respect des règles de prise en charge minimale (take or pay) figurant dans les contrats de fourniture de gaz à long terme se pose de façon aiguë depuis plusieurs années De même, les dispositions permettant de réviser les prix ont été et seront encore invoquées. Les relations entre les opérateurs gaziers européens et les grands producteurs se crispent quelque peu compte tenu de ces circonstances.

Contrats d'approvisionnement

Gaznat, comme les autres opérateurs de gaz naturel, s’est ainsi attelé à renégocier ses contrats long terme pour augmenter leur indexation marché et maintenir leur compétitivité. En 2015, dans la lignée des années précédentes, Des négociations ont été entreprises entre Gaznat et ses fournisseurs de gaz à long terme, GasTerra (au travers de Swissgas) et Engie. A fin 2015, 20% à 25% des approvisionnements de Gaznat restent encore indexés aux produits pétroliers, alors que cette part était de 80% au début des années 2000. La majeure partie des contrats est à présent dépendante des prix de marché, soit par l’intermédiaire des indexations des contrats à moyen et long termes, soit à travers les achats sur les marché.

Nouvelles routes d'approvisionnement

Les projets de nouvelles infrastructures d'approvisionnement du gaz vers l'Europe sont nombreux, qu'ils soient effectués par gazoducs ou par méthaniers.

Les principaux projets de gazoducs sont les suivants :

Les projets de terminaux méthaniers