Transition énergétique

La nouvelle stratégie énergétique 2050, adoptée par le peuple suisse le 21 mai 2017, affiche des objectifs ambitieux en termes d’économie d’énergie, de sortie progressive de l’énergie nucléaire et de développement de la production d’électricité à partir de nouvelles énergies renouvelables.

Le gaz naturel offre des avantages précieux pour réussir à atteindre ces objectifs.

À terme, l’arrêt progressif des centrales nucléaires privera la Suisse d’environ 40% de sa production indigène. Ce manque de production électrique, estimé à environ 25 TWh, ne peut être à lui seul comblé par de nouvelles énergies renouvelables, dont le potentiel maximal est certes estimé à 24 TWh, mais uniquement à l’horizon 2050. Par ailleurs, les énergies renouvelables étant intermittentes et fortement dépendantes du climat, il convient d’apprécier justement leur apport au mix énergétique suisse. Une autre solution serait de recourir massivement aux importations, ce qui ne serait toutefois pas souhaitable pour l’indépendance énergétique et la sécurité d’approvisionnement de la Suisse.

Les centrales à gaz à cycle combiné (CCC)

Les centrales à gaz à cycles combinés permettront de prendre, au fur et à mesure, la relève des centrales nucléaires en fin de vie. Les CCC sont de grandes centrales thermiques qui fonctionnent au gaz en associant turbines à gaz et turbines à vapeur, ce qui leur offre un très bon rendement. Avec un coût d’investissement faible, une construction rapide et une bonne performance environnementale, les CCC pourront accompagner le développement des énergies renouvelables dans le mix énergétique suisse à l’horizon 2050.

Actuellement, de nombreux projets sont à l’étude, notamment les centrales de Cornaux et Chavalon en Suisse romande, d’une puissance de 400 MWe chacune et offrant un potentiel de production électrique en base de 2 à 3 TWh par an.

Le Power to Gas (P2G)

La technologie « Power to Gas », laquelle permet d’utiliser les surplus d’électricité renouvelable pour produire du gaz de synthèse par un processus de méthanation, permet de répondre aux deux limitations actuelles des nouvelles énergies renouvelables : le transport et le stockage dans les régions non montagneuses (pas de station de pompage à proximité).

Avec cette nouvelle technologie, les surplus d’électricité renouvelable ne pouvant être consommés sur place ou transportés peuvent être stockés sous forme de gaz de synthèse, neutre en CO2, et transportés dans les réseaux gazier européens (il y a plus de 200'000 km de gazoducs haute pression en Europe, dont 2’250 km en Suisse). Pour le stockage, en sus du volume de gazoducs eux-mêmes, l’Europe dispose d’importantes capacités de stockage gazier (environ 100 milliards de m3, soit 25% de la consommation annuelle européenne).